jeudi 26 février 2009

M...., ce n'est pas la Commedia dell'arte !

C'est hallucinant !

- il y a des enfants qui crèvent de faim et qui meurent tout doucement,
- il y a des centaines de milliers de personnes qui vont être licenciées,
- il y a des centaines d'entreprises qui vont déposer le bilan,
- des nouveaux investissements mis aux placards en attendant de espérés jours meilleurs, pire qui vont définitivement ailleurs ...
... et pourtant, on assiste à un jeu de c..

Oui, la negociation est un Art mais qui s'apprend aussi: on peut y faire des gesticulations, des faits de manches mais toujours dans l'objectif d'arriver à quelques choses, disons un consensus perçu comme 'Gagnant-Gagnant' par les 2 parties. Ca ne vaut même pas la peine de disserter sur les annonces, gestes et tactiques des uns et des autres, car tout ceci est fait pour mettre la pression sur l'autre.

En face de cette comédie dramatique, NOUS (et j'en fais partie), les observateurs-acteurs (oui, une partie de l'opinion à ne pas sous-estimer car le monde a changé avec les nouveaux médias) ne sommes pas non plus à la hauteur.

Quand je vois les débats entre amis et collègues; pire sur les forums internet, NOUS passons la majorité de notre temps à nous envoyer des 'noms d'oiseaux', et à commenter les petits actes des protagonistes; pire à proférer des propos indignes de ce qu'on doit attendre de gens lettrés (oui, ceux qui ont acces à internet, donc qui ont été à l'école et pour un tant soit peu, lettrés).

Nous ne discutons jamais des vrais mesures de fond, des nouvelles règles à mettre en place afin que nous sortions de ce cycle permanent de 'Pillage, Insurrection, Pillage et Insurrection'.


A vrai dire, ça n'intéresse personne de changer réellement la manière de gérer les affaires publiques à Madagascar.

Pour preuve, allez voir le peu de reactions sur mon précedent billet, Pendant la trêve, discutons de l’avenir

Le plus important pour tous semble être juste d'arriver au pouvoir (ou d'y revenir pour beaucoup d'entre eux) afin de perpétuer les 'pratiques de Papa' et de renflouer leurs caisses.

Un ami me l'a répété hier: 'Aleo mba ho anay indray ilay izy, amin'izay mba samy hihinana'

Ca semble vraiment être notre mentalité, et que le reste n'est que de la comédie ....... de la mort!